Saviez-vous qu’un mot anglais peut se trouver dans le Petit Robert sans être correct en français?
Les mots «job», «fax», «walkman», «e-mail» et «listing», par exemple, apparaissent au dictionnaire avec le sens que vous connaissez. Cependant, ils portent tous la mention anglic. ou anglicisme, c’est-à-dire que leur emploi est critiqué comme emprunt abusif ou inutile, puisque le français possède déjà des termes appropriés. D’ailleurs, pour la plupart des anglicismes, les lexicographes recommandent un équivalent français. Ainsi, nous pouvons lire que *job signifie un travail rémunéré. *Fax se remplace aisément par télécopieur ou télécopie. Les Québécois ont enrichi la langue française en créant le mot courriel pour désigner la nouvelle réalité du courrier électronique. Le baladeur vaut bien un *walkman. Et qui ne vous comprendrait pas si vous demandiez le listage d’un programme plutôt que le *listing?

En somme, avant de déclarer qu’un mot anglais est accepté en français parce qu’il est répertorié au Petit Robert ou au Larousse, assurez-vous qu’il n’est pas classé anglicisme, donc fautif dans un contexte scolaire ou plus formel.

Pour écrire mieux, choisissons les mots de notre langue.


*Par convention, l’astérisque indique que les mots, expressions ou phrases qu’il précède sont fautifs.