- - -

Le corps enseignant invité au prochain colloque de la Communauté pour l’Innovation et la Recherche sur les Technologies dans l’enseignement-Apprentissage

mercredi 31 août 2016

Un texte de Chantal Desrosiers, conseillère pédagogique en technopédagogie et répondante locale Performa.

La Communauté pour l’Innovation et la Recherche sur les Technologies dans l’enseignement-apprentissage (CIRTA) vous invite à son deuxième colloque à Québec les 11 et 12 octobre prochain.

Les partenaires continuent leur recherche en éducation, en particulier en intégration des technologies en éducation. De plus, le CIRTA a fait une place toute spéciale à l’apprentissage par le jeu numérique (DGBL) en collaboration avec la Serious Games Society (SGS) et le groupe ACT Silver Gaming (SG).

Selon le groupe de recherche international Lebrun, Lison et Batler, les technopédagogies se catégorisent en quatre niveaux :

Le premier niveau : La substitution concerne les outils d’enseignement qui remplacent d’autres outils sans changement fonctionnel. Par exemple, un plan de cours papier est remplacé par un fichier PDF.

Le deuxième niveau : L’augmentation concerne des outils d’enseignement qui remplacent d’autres outils avec une augmentation d’utilisation. Par exemple, l’enseignant va ouvrir un forum pour augmenter l’interactivité dans son cours. Il n’est pas rare de trouver des études pour ce niveau.

Le troisième niveau : La modification concerne l’usage des technologies qui permettent de repenser des tâches de manière significative. Par exemple, un enseignant trouve qu’un chapitre d’un cours exposé de manière traditionnelle est relativement ardu. Il peut décider de l’adapter avec Moodle. Au lieu de suivre le cours classique et d’écouter le professeur, l’étudiant est amené à parcourir de manière autonome une série de tâches variées : visionner une vidéo, participer à une leçon numérique parsemée de lecture et de questionnaires, faire des jeux reliés au glossaire du cours pour s’assurer de sa compréhension, comparer des illustrations, etc. L’enseignant offre alors un nouvel environnement pour soutenir l’apprentissage de ce passage complexe.

Le quatrième niveau : La redéfinition concerne les usages où l’enseignant repense son cours et crée de nouvelles tâches qui n’étaient pas concevables antérieurement. Par exemple, imaginer son cours en serious game (jeu sérieux).

Ces quelques lignes ont piqué votre curiosité?  Rendez-vous sur le site du colloque CIRTA 2016 pour en découvrir davantage. Le colloque se déroule pendant la semaine de relâche les mardi et mercredi. Vous pouvez vous inscrire à une seule journée (80 $) ou aux deux jours (160 $). Il est aussi possible d’organiser du covoiturage pour les deux jours de l’évènement. Pour plus d’information et pour les inscriptions, rendez-vous sur le site de CIRTA 2016.

En tant que membre du corps professoral, vous pouvez demander une bourse au comité de perfectionnement du collège auprès de la DARE. N’oubliez pas de soumettre votre demande avant le 30 septembre pour recevoir une réponse avant le colloque. Une signature de votre coordonnateur est aussi exigée. Les formulaires sont disponibles au service de la DARE.

Plus de plus amples informations, vous pouvez me contacter.

Source pour les quatre niveaux de technopédagogie : Lebrun, M. Lison, C. Batler, C. Les effets de l’accompagnement technopédagogique des enseignants dans leurs options pédagogiques, leurs pratiques et leur développement personnel. Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur. 32-1. Site disponible à l’adresse : <https://ripes.revues.org/1028>. Consulté le 23 mai 2016.