Concours Vise dans le mille : 50 000 $ en prix à gagner

Le concours Vise dans le mille est officiellement lancé! Le 22 mars prochain, 50 000 $ en prix seront attribués aux projets entrepreneuriaux les plus créatifs, novateurs et originaux. La présidence d’honneur de la deuxième édition du concours sera assurée par M. Alain Lemieux, président-directeur général de l’entreprise trifluvienne Epsilia. Lancé l’an dernier par la Zone entrepreneuriale, le concours compte maintenant sur l’appui d’IDE Trois-Rivières, du Fonds communautaire d’emprunt de la Mauricie et des établissements d’enseignement de la région ; le Cégep de Trois-Rivières, l’Université du Québec à Trois-Rivières, le Collège Laflèche et la Commission scolaire du Chemin-du-Roy. Ces organisations ont le désir commun de développer et de soutenir l’entrepreneuriat à Trois-Rivières. Catégories Nouvelle entreprise : Entrepreneurs ayant démarré dans l’année 2016 ou n’ayant pas réalisé de ventes avant le 1er janvier 2016.30 000 $ en  bourses  et  une  campagne  publicitaire  à  TC  Média,  une campagne publicitaire à Énergie 102,3 et un accompagnement entrepreneurial professionnel. Prédémarrage : Promoteurs ayant l’intention de démarrer une entreprise avant le 31 décembre 2017.10 000 $ en bourses Idée d’affaires : Étudiants ayant une idée entrepreneuriale à développer3 000 $ en bourses Pour être admissible, le projet doit se concrétiser sur le territoire de la ville de Trois-Rivières. Les gens intéressés à s’inscrire peuvent le faire jusqu’au 23 février via le www.visedanslemille.com.   De gauche à droite : Maxime Arcand, enseignant au cégep, Alain Lemieux président-directeur général de Epsilia et président d’honneur, Philippe Compagnon, Carrefour d’entrepreneuriat et d’innovation UQTR, Anne-Marie Lafontaine CS Chemin-du-Roy, Laurence Gagné IDETR, Claude Bégin Fonds communautaire d’emprunt de la Mauricie, Pierre Levasseur Collège Laflèche, Richard Goyette IDETR.

Par |janvier 30th, 2017|Vision entrepreneuriale|0 commentaire

Trois-Rivières parmi les 10 villes canadiennes les mieux cotées (catégorie grandes villes) pour ses politiques entrepreneuriales selon la FCEI

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) publiait cette semaine un rapport présentant les résultats d’une analyse dans laquelle elle a évalué, à l’aide d’indicateurs précis, la façon dont 121 villes et régions économiques du Canada génèrent et favorisent l’entrepreneuriat. Trois-Rivières se glisse dans le top 10 pour ses politiques entrepreneuriales dans la catégorie des grandes villes. Selon Martine Hébert, vice-présidente principale et porte-parole nationale de la FCEI, il est encourageant de voir que certaines villes « semblent déployer des efforts soutenus pour mettre en place un climat fiscal et réglementaire favorable aux PME et à l’entrepreneuriat au sein de leur collectivité. C’est l’un des éléments clés pour contribuer à la création d’emplois et au développement économique des régions ». Voir le communiqué de la FCEI

Par |octobre 23rd, 2015|Vision entrepreneuriale|0 commentaire

Entreprendre dans les collèges : une voie d’avenir!

Le premier symposium canadien « Les collèges et les instituts favorisent l’entrepreneuriat », tenu au Cégep Garneau du 8 au 10 mars, a été un succès. Près de 150 participants provenant de 28 collèges étaient présents, dont le quart provenant du Québec, de même qu’une douzaine d’entreprises, plusieurs organisations et représentants de gouvernements et une présence autochtone remarquée. Ce symposium bilingue a permis de dégager de nombreuses pistes de développement pour les collèges et cégeps désireux de promouvoir l’entrepreneuriat éducatif. Denise Amyot, PDG de CICan, une conférencière inspirante et une « leader » appréciée des collèges et instituts canadiens. Organisée par le Cégep Garneau, indéniablement un « leader » dans le domaine, en collaboration avec Collèges et Instituts Canada (CICan), la rencontre a permis de partager dans les deux langues, avec traduction simultanée, sur la contribution des collèges au développement de l’entrepreneuriat étudiant et au développement économique de leurs communautés respectives. Très bien organisé, l’évènement fut entièrement diffusé sur le Web. Il a porté sur différents thèmes : le succès entrepreneurial, l’entrepreneuriat social, les entreprises d’entrainement, les incubateurs d’entreprises étudiantes, l’investissement dans les jeunes entreprises, l’entrepreneuriat des autochtones et plusieurs autres sujets semblables. Denise Trudeau, directrice générale du Cégep Garneau, a prononcé un discours ambitieux, présentant ses divers projets comme Garneau au travail, ses entreprises d’entrainement pédagogique et son Espace Entreprendre, un investissement de 3 millions de dollars, qu’elle souhaite consentir avec l’appui d’entreprises et de divers bailleurs de fonds de Québec. Trish Dryden, vice-présidente associée, recherche et planification institutionnelle, au Centennial College de Toronto, captive les panélistes et l’auditoire, avec des propos humanistes, faisant ressortir la contribution du mouvement entrepreneurial à l’intégration socioéconomique de personnes en difficulté. Pour sa part, l’inspirante PDG de CICan, Denise [...]

Par |mars 12th, 2015|Vision entrepreneuriale|0 commentaire

Les chroniques d’Agadir en entrepreneuriat – L’entrepreneur, caractéristiques et processus

Ines Gabarret (EDC Paris Business School) et Benjamin Vedel (université de Lille) nous ont entretenus des dimensions de la motivation en entrepreneuriat social. Ils ont mis en évidence le fait que certains entrepreneurs sont en mesure de combiner la recherche de la profitabilité avec un impact social positif. Les entreprises sociales qui réussissent combinent les motivations dites d’opportunité et de volonté. Ils sont en fait animés de motivations très complexes. Certains croient que l’entrepreneuriat social peut entraîner une transformation du système capitaliste. S’il ne le fait pas, il joue tout de même le rôle de système compensatoire. Amélie Jacquemin et Xavier Lesage (ESSCA) ont comparé le processus d’effectuation entre entrepreneurs novices et entrepreneurs expérimentés. Le but de cette recherche est d’identifier les types d’accompagnement qui permettent un transfert fluide de l’expérience. Leur problématique les amène à examiner le processus expérientiel des pics d’émotions négatives, ce qu’ils appellent l’ascenseur émotionnel. Ces contextes sont loin de l’entrepreneur héroïque, mais mettent en évidence les caractéristiques de la pratique réelle. Plus particulièrement, ils se demandent comment surmonter ses pics et relancer l’engagement. En effet, le doute entrepreneurial prend plusieurs formes : craintes face au risque, incertitude et ambiguïté. Dans la majorité des cas, on observe un écart très important entre les attentes fantasmées et les réalités expérimentées. L’effectuation est un concept qui permet de penser l’enchâssement social dans un contexte d’incertitude. L’entrepreneur a tout intérêt à développer sa flexibilité et sa tolérance aux pertes. À l’issue de toutes ces démarches, il doit apprendre à revenir à la quête de sens qui est à l’origine de son engagement. Sur la scène principale, chaque pays représenté exposé son drapeau. Dans un dernier atelier, les chercheurs Cynthian Ann Sheehan et [...]

Les chroniques d’Agadir en entrepreneuriat – Construction d’un «satisfactomètre» entrepreneurial à partir des événements affectifs du dirigeant de PME

Résumé d’atelier : Thomas Lechat, Doctorant à l’Université de Montpellier 1 (Labex Entreprendre).  Olivier Torres, Professeur à l’Université de Montpellier 1 (Labex Entreprendre) Messieurs Lechat et Torres ont orienté leur recherche principalement sur la composante émotionnelle de la satisfaction des dirigeants d'entreprises.  À dix reprises au cours d'une année, 357 dirigeants ont été sondés et ont identifié l'événement qui les a le plus marqué positivement au cours du mois. Monsieur Olivier Torrès, l'éloquent président de l'AIREPME, prononce l'un des mots de bienvenue à l'adresse des 175 participants du 12ème Congrès international francophone en entrepreneuriat et PME (CIFEPME). Les résultats ont permis de classer ces événements autour de 28 catégories. Les événements offrant le plus de satisfaction sont : la satisfaction du client la formation du dirigeant l'agrandissement des locaux de l'entreprise le déménagement de l'entreprise dans de nouveaux locaux la création d'une nouvelle entreprise la bonne entente avec les partenaires de toutes natures de l'entreprise les vacances du dirigeant le bon climat de travail dans l'entreprise En conclusion, comment, à titre de praticien ou de pédagogue, pouvons-nous réutiliser ces informations dans notre pratique? André Lamoureux Conseiller pédagogique, novembre 2014

Les chroniques d’Agadir en entrepreneuriat – Marche ou crève! Étude des chemins d’influence de l’Anxiété face à l’avenir et du « Coping » sur la formation de l’intention entrepreneuriale

Résumé d’atelier : Adnade Maâlaoui, ESG Management School, France Les résultats d’une étude menée sur un échantillon de plus de 1800 jeunes en Tunisie, démontrent que les stratégies d'adaptation développées par les 18-30 ans pour faire face à l’anxiété (face à l’avenir) sont la religion, la consommation de produits illicites et le soutien de la famille. Il apparait également que l’anxiété a un effet direct et significatif sur ces stratégies d'adaptation, mais pas sur l’intention entrepreneuriale. Par ailleurs, les stratégies d'adaptation ont une influence directe et significative sur les antécédents (Ajzen, 1991) de l’intention entrepreneuriale. En d'autres mots, le fait de faire appel à l'une ou l'autre des stratégies d'adaptation face à un état de chose, influence ces personnes quant à leur attitudes face à l'entrepreneuriat, la norme subjective et comment ils se perçoivent compétents pour entreprendre. L'intention d'entreprendre est impactée puisque les personnes ont une lunette différente lorsqu'ils sont en situation d'anxiété et qu'ils font appel à l'une ou l'autre des stratégies d'adaptation. André Lamoureux Conseiller pédagogique, novembre 2014 Agadir, une magnifique ville touristique du Maroc.   Cette conférence comportait un aspect culturel important. Ici: danse et percussions Berbère.  

Par |novembre 6th, 2014|Vision entrepreneuriale|0 commentaire

Les chroniques d’Agadir en entrepreneuriat – Présentation générale du Congrès international francophone en entrepreneuriat et PME

L’association internationale de recherche en entrepreneuriat et PME (AIREPME) a été créée pour permettre aux chercheurs francophones en entrepreneuriat d’avoir un point de référence commun. Ce 12e congrès biennal représente un achèvement pour la première génération de chercheurs. La revue associée se nomme la Revue internationale PME. Voici un extrait de sa présentation : Depuis 1988, la revue internationale PME vise à promouvoir la diffusion en langue française de recherches concernant les PME et l’entrepreneuriat. Elle accueille des contributions de haut niveau scientifique, à la fois théoriques et empiriques, se situant dans les domaines des sciences de la gestion et de l'économie, mais également de champs voisins qui s’intéressent aussi aux questions touchant aux PME et à l’entrepreneuriat (géographie, sociologie, psychologie, etc.) Malgré l’existence de cette revue, il faut souligner que les chercheurs reconnus publient généralement dans des revues savantes anglophones renommées. Le thème du Congrès reflète bien la diversité de cette association de recherche scientifique, surtout animée par des professeurs d’université et leurs doctorants : « Diversité des cultures en entrepreneuriat et PME». On remarque toutefois quelques intervenants et entrepreneurs parmi les participants. Très peu des travaux concernés trouvent une application évidente, la plupart des recherches ayant ce caractère très théorique propre aux champs de recherche universitaires. Nous avons malgré tout tenté de retenir quelques enseignements de nature à éclairer l’entrepreneuriat éducatif ou l’intervention en entrepreneuriat. Raymond-Robert Tremblay Directeur général, novembre 2014 Nous avons été reçu d'une manière exceptionnelle par l'Hôte du congrès: l'université privée Universiapolis. Les participants au congrès s'inscrivent. Ceux-ci proviennent de divers pays d'Afrique, d'Europe, et des Amériques.

Le parcours entrepreneurial: une opportunité pour les étudiants

Fort de son expertise et de sa longue expérience en entrepreneuriat et préoccupé par le développement de la culture entrepreneuriale, le Collège a intégré à son Plan stratégique 2010-2016, sa volonté d’offrir aux étudiants des services en entrepreneuriat. En 2012, une Table de concertation pour la promotion de l’entrepreneuriat présidée par M. Raymond-Robert Tremblay était créée. De celle-ci ont émergé plusieurs idées dont la mise sur pied d’un comité chargé de procéder à la création d’un parcours entrepreneurial. Raymond-Robert Tremblay, directeur général, André Lamoureux, conseiller pédagogique, Stéphanie Blais, responsable de l’entrepreneuriat, Lucie Hamel, directrice adjointe au soutien à la pédagogie et à la réussite, Maxime Arcand, enseignant de Techniques administratives et Karine Provencher, présidente du C.A. Le parcours, tel que développé, se veut flexible, à vitesse et intensité variables, afin d’offrir aux étudiants un cadre d’activités adapté à leur réalité et aussi, afin d’accroître le nombre de personnes ayant le désir d’entreprendre au sens large du terme, et ce, quel que soit leur domaine d’études ou l’emploi qu’il vise. Ressources: Projet de Parcours entrepreneurial L'article du Nouvelliste L'article du site Web du cégep

Par |juin 3rd, 2014|Vision entrepreneuriale|0 commentaire

Le plaisir d’entreprendre !

Les personnes qui possèdent un iPad peuvent télécharger ce livre électronique. on y retrouve un douzaine de témoignages d'entrepreneurs inspirants, dont l'un a été un panéliste lors du dévoilement de l'indice entrepreneurial à Trois-Rivières, le 7 mai dernier: Dominique Brown de Chocolats favoris. «Être visionnaire, ça marche pour inventer de nouveaux produits et stratégies, mais ça marche aussi dans l'autre sens. Tu peux être visionnaire et voir le train arriver; être le seul à le voir arriver.» dit-il!

Par |mai 11th, 2014|Vision entrepreneuriale|0 commentaire

Visite de Rino Lévesque

La rencontre de la Table de concertation pour la promotion de l'entrepreneuriat du Cégep de Trois-Rivières du 8 mars dernier était spéciale. Elle a été consacrée à une rencontre avec un visionnaire, monsieur Rino Lévesque. «L'ouverture de l'école sur la communauté est un enjeu fondamental de l'entrepreneuriat scolaire « conscient et durable », selon Rino Lévesque : « Développer des jeunes/apprenants citoyens ingénieux, créatifs, autonomes, innovants, entreprenants et entrepreneurs qui permettront le développement durable des communautés » (Lévesque, 2011, p. 8). De cette manière, chaque jeune devrait pouvoir choisir une orientation qui corresponde à ses talents et une vraie passion. Dans un tel contexte, l'apprentissage devient agréable, l'autonomie se développe et la collectivité est mobilisée en faveur de « l'entreprise de soi » de chaque apprenant. Pour un collège, « un tel modèle collégial reposerait sur une nouvelle alliance entre le personnel des cégeps /collèges, les jeunes/apprenants et toute la collectivité (certains parents, organismes, entreprises, etc.). » (Lévesque, 2011, p. 14) Cette approche repose sur le fondement psychologique suivant : chaque jeune découvre ainsi « ses forces, ses talents et son vrai potentiel » (Lévesque, 2011, p. 35). Il construit ainsi sa confiance en soi à travers un processus d'autonomisation.» Les membres ont trouvé cette présentation inspirante.

Par |mars 8th, 2013|Vision entrepreneuriale|0 commentaire