- - -

Alexandre Lévesque aux Championnats mondiaux d’Ultimate Frisbee

vendredi 27 août 2010

Alexandre Lévesque, étudiant en Sciences de la nature, a vécu cet été une expérience magique : il fait partie de la première équipe québécoise à accéder à la finale des Championnats du monde des clubs d’Ultimate Frisbee, qui se sont tenus à Prague en juillet dernier.

L’équipe Onyx de Québec a obtenu la 2e position dans la division « mixte » du championnat. En plus d’Alexandre, l’équipe comptait aussi parmi ses joueurs deux diplômées du collège soit Jessie Grignon-Thomas et Audrey St-Arnaud, toutes deux diplômées en Sciences de la nature.

Alexandre, qui vient de terminer son DEC en Techniques policières poursuit ses études cet automne en Sciences de la nature dans le but de devenir physiothérapeute. Il garde de l’expérience un souvenir impérissable : « Je rêvais depuis toujours de participer à une compétition mondiale, d’abord en natation puis comme joueur d’Ultimate frisbee. Bien sûr, j’en ai profité pour voyager et visiter une partie de l’Europe…

Vraiment, c’est l’une de mes plus belles expériences à vie! » À ce succès, s’ajoute la victoire de l’équipe québécoise lors du championnat canadien qui se tenait à Sherbrooke du 12 au 15 août. Une année exceptionnelle dont Alexandre se souviendra longtemps! Son père, l’enseignant Michel Lévesque, est bien sûr plein de fierté devant les exploits de son fils.

Un sport d’intensité
Les sports font partie de la vie d’Alexandre depuis toujours : natation, badminton, football… Mais l’Ultimate frisbee est celui qu’il préfère. Pourquoi? : « J’aime l’intensité de ce sport. De tous ceux que j’ai pratiqués, c’est le plus exigeant. Contrairement au football par exemple, le jeu n’arrête pas tant qu’une équipe ne marque pas : nous sommes toujours en action. En plus des qualités athlétiques, cela demande beaucoup de technique et de précision. J’adore! »

Sorte de mariage entre le football et le basketball, ce sport présente une autre particularité : il est le seul à mélanger les âges et les sexes au niveau compétitif. C’est d’ailleurs dans la catégorie mixte qu’Alexandre a vécu les championnats mondiaux : « Il y a 26 joueurs dans l’équipe, des hommes et des femmes qui vivent majoritairement à Québec, mais aussi à Sherbrooke et nous sommes trois de Trois-Rivières. Je suis le plus jeune joueur de l’équipe et le doyen a 40 ans. Ça crée une dynamique vraiment enrichissante. »

Assurer la relève
L’expérience des championnats mondiaux donne à Alexandre l’envie de poursuivre l’aventure du Ultimate frisbee. Il siège d’ailleurs sur le conseil d’administration de l’Association Trifluvienne d’Ultimate Frisbee (ATRUF) : « Après une expérience comme celle-là, je veux encourager la relève pour que le sport connaisse le succès qu’il mérite, et que le Québec conserve sa place parmi les équipes dominantes aux côtés des États-Unis, de la Grande-Bretagne, du Japon… Ma vision? Que le cégep développe ce sport et qu’il y ait une équipe Diablos d’Ultimate frisbee…. »


Alexandre Lévesque