- - -

Coordonnées

Pavillon des Sciences
3500 rue De Courval, C.P. 97, G9A 5E6

Pavillon des Humanités
3175 boul. Laviolette, G8Z 1E9

Téléphone : 819 376-1721

BOTTIN
Coordonnées complètes

Des étudiants en Sciences de la nature détectent le transit d’une exoplanète

mercredi 2 mai 2018

Grâce à des données prises à l’Observatoire du Cégep de Trois-Rivières, Alexis Blanchette, Jules Fradette et Thomas Lessard ont réussi à détecter le passage d’une exoplanète devant son étoile mère nommée HD209458. L’exoplanète se nomme quant à elle HD209458b (ou Osiris de façon non officielle) et passe devant son étoile, phénomène que l’on nomme un transit, à tous les 3,5 jours. Il s’agit ni plus ni moins d’une micro éclipse de l’étoile telle que vue de la Terre. « À ma connaissance, c’est la première fois que des étudiants de niveau collégial réussissent le coup » mentionne leur enseignant, Eric Allen.

L’étoile HD209458 n’était pas leur premier choix, mais le télescope n’étant malheureusement pas fonctionnel cette session, ils ont dû se replier sur d’anciennes données prises par leur professeur.  Ils ont fait face à plusieurs embuches, dont la principale fut la détection de l’extrême baisse de la luminosité de l’étoile lors du passage de l’exoplanète devant celle-ci avec des données acquises lors d’une soirée avec forte turbulence. On parle d’une diminution de l’ordre de seulement 15 millièmes de magnitude, soit près de 1 % de l’intensité de l’étoile. L’analyse subséquente du signal amène à l’exoplanète une dimension légèrement supérieure à 7 fois celle de la Terre. À partir de données concernant l’étoile, il leur a aussi été possible de déduire une température moyenne sur l’exoplanète de 1330 K (1057 0C), ce qui est manifestement trop chaud pour que la vie s’y développe.

Ce genre de projet démontre bien l’utilité concrète de nos installations astronomiques pour faire des observations très modernes. Il serait possible, par exemple dans des projets de fin d’études ultérieurs, de confirmer des candidats d’exoplanètes détectés par le satellite Kepler avant qu’il ne tombe en panne en 2013. Comme quoi il est possible de faire de la science de pointe, même au niveau collégial!


Les trois membres de l'équipe en plein travail. De gauche à droite, Alexis Blanchette, Thomas Lessard, et Jules Fradette.