- - -

45e anniversaire des Diablos du Cégep de Trois-Rivières

jeudi 1 mai 2014

Cette année, les Diablos du Cégep de Trois-Rivières célèbrent le 45e anniversaire de leur fondation. Nous avons profité de cette occasion pour nous entretenir avec M. Georges Lemire, l’instigateur du nom Diablos.

Des années mémorables au Cégep de Trois-Rivières
Georges Lemire a amorcé sa carrière au Cégep de Trois-Rivières en 1968 et occupait le poste de directeur des Services aux étudiants. À l’époque, seulement trois employés travaillaient dans ce service qui en compte aujourd’hui 23. Lors de son passage au cégep, M. Lemire, dont la carrière s’est échelonnée jusqu’en 1986, a connu des années assez mouvementées.

« Il y avait beaucoup de protestations, les initiations étudiantes étaient difficiles, on a même fait venir la police à plusieurs reprises. Heureusement, ce genre de chose n’arrive plus de nos jours », explique-t-il.

L’origine du nom Diablos
Au printemps 1969, M. Lemire et ses collègues des Services aux étudiants ont eu pour mission de former un club de football. « On voulait s’inspirer des équipes américaines avec un stade bien développé et beaucoup de gens dans les gradins ».

Ils se réunissent donc un soir pour en discuter. Dans un premier temps, le « trio », comme l’appelle M. Lemire, s’entend sur le fait que l’uniforme de l’équipe devra être rouge. Puis, une première proposition est faite quant au nom de l’équipe : les Diables rouges. Toutefois, M. Lemire trouve ce dernier un peu long. Une fois chez lui, il regarde un match de baseball entre les Astros de Houston et les Expos de Montréal, c’est à ce moment qu’il a une illumination. Pourquoi pas les Diablos? Fier de son idée, il communique avec les deux autres membres du trio qui ne sont pas aussi emballés par la proposition. Mais, après discussion, le nom les Diablos est finalement adopté. Le trio engage ensuite un graphiste pour créer le logo que l’on connait aujourd’hui.

Un accueil digne de ce nom
Le nom Diablos a été bien accueilli par la population, et la raison en est simple, il a tout de suite été associé au succès. En effet, lors de sa première année, l’équipe de football a remporté plusieurs matchs et a fait la fierté de la communauté. M. Lemire nous raconte une anecdote à ce propos. « Après notre première année, on a dû se départir de notre entraineur, car il « sacrait » pas mal. Il disait aux joueurs de se mettre de la colle dans les mains pour ne pas échapper le ballon », dit-il en riant. « Quand j’ai été obligé de m’en départir, c’était un homme dur ne l’oubliez pas, il pleurait », ajoute-t-il.

Une belle évolution
Aujourd’hui, 17 équipes sportives portent le nom Diablos. Est-ce une fierté pour M. Lemire d’avoir trouvé un nom qui est encore présent au sein de la communauté collégiale?

« C’est sûr que ça me fait plaisir de voir le nombre d’équipes qui portent ce nom encore aujourd’hui, je suis très heureux de ça ».


Georges Lemire, l’instigateur du nom les Diablos