- - -

Stages en métallurgie : des expériences partagées

mardi 21 septembre 2010

Huit finissants en métallurgie ont partagé leurs différentes expériences de stages avec leurs collègues de 1re et de 2e année. Un constat : les emplois dans le domaine sont nombreux et diversifiés.

Organisée par le Service Alternance travail-études, la rencontre mettait en présence employeurs, stagiaires, étudiants et enseignants. De ArcelorMittal à General Electric, en passant par Inspec-Sol et Structural-Ponts, les milieux de stages représentés étaient des plus diversifiés. Olivier Jacob, par exemple, a été heureux de se voir confier plusieurs responsabilités lors de son stage chez Suncor Énergie (Pétro Canada). Le finissant de l’option « Fabrication mécanosoudée » a souligné les conditions de travail avantageuses offertes par l’industrie pétrochimique ainsi que les nombreuses formations offertes par les employeurs dans ce milieu. Attiré par le milieu de la recherche, David Vohl, un finissant de l’option « Procédés de transformation », a pour sa part choisi d’effectuer son stage au CMQ. En plus de travailler avec des appareils de très haute technologie, il a pu étudier une grande variété de métaux.

Des stages… et des emplois !

Isabelle Parent et Élise Bissonnette-Éthier

Isabelle Parent et Élise Bissonnette-Éthier

L’expérience des quarts de travail, la collaboration avec plusieurs corps de métiers, l’utilisation de nouveaux appareils sont autant d’acquis que les futurs diplômés ont ajoutés à leur bagage. Attentifs, leurs collègues de 1re et 2e année ont eu tout le loisir de poser des questions sur le milieu du travail. Pertinentes, les réponses des stagiaires ont été bonifiées par les témoignages des employeurs. M. Pierre Héroux, chef des ressources humaines chez ARCELORMITTAL, a eu ce cri du cœur : « Nous sommes désespérés par le manque de ressources qualifiées. Notre industrie a de beaux postes à combler, de bonnes conditions de travail et des défis stimulants à offrir. Tout ce qu’il nous manque, c’est des techniciens! En métallurgie, mais aussi dans plusieurs autres secteurs… Dites-le à vos amis! »

Mathieu Lebel, François Boily et Louise Grégoire

Mathieu Lebel, François Boily et Louise Grégoire

Pour Louise Grégoire, responsable de l’ATE, la formule est gagnante : « Depuis mon arrivée à ce poste, le constat est frappant : Cette approche de collaboration entre le milieu de l’éducation et celui de l’entreprise transforme l’étudiant qui a “goûté” à la vraie vie au travail. »

Après les témoignages, la journée s’est poursuivie par un diner et les employeurs ont pu visiter le département de métallurgie.


Isabelle Jacob et David Vohl