- - -

Coup de pouce à la recherche chez Innofibre et au Centre de métallurgie du Québec

mardi 21 janvier 2014

Le Cégep de Trois-Rivières a récemment vu deux des projets de recherche de ses centres collégiaux de transfert de technologie (CCTT), Innofibre – Centre d’innovation des produits cellulosiques et le Centre de métallurgie du Québec (CMQ), recevoir des subventions totalisant 101 600 $ de la part du Programme d’aide à la recherche et au transfert (PART) – Volet technologique.

Dans un premier temps, Innofibre – Centre d’innovation des produits cellulosiques a reçu une aide financière de 52 000 $ pour le projet « Développement d’un nouveau papier ignifuge » des chercheurs Jean Paradis, Daniel Thiboutot, Simon Fréchette-Gélinas, Annie Trudeau, Michel Proulx et Jean-Patrice Lamothe.

« Des études récentes ont démontré que certains retardateurs de flammes (RF) utilisés pour réduire la propagation des flammes au cours des incendies pourraient accroitre la dangerosité des fumées en raison des émanations de gaz toxiques qu’ils dégagent. Parmi les retardateurs de flammes halogénés les plus populaires, les retardateurs de flammes bromés (RFB) sont des produits que l’on retrouve dans une grande variété de produits industriels », indique M. Paradis.

« Cependant, pour plusieurs RFB, l’Union européenne (UE) a décidé d’interdire ou de limiter leurs utilisations en raison notamment de leur persistance dans l’environnement et des soupçons pour leurs effets comme perturbateurs endocriniens. L’élimination progressive des RFB va générer une opportunité de marché intéressante pour des papiers ignifuges fabriqués à partir d’autres procédés. La demande sera énorme dans les prochaines années », ajoute-t-il.

Les retombées seront nombreuses puisque ce projet permettra à Innofibre d’accroitre ses connaissances dans le développement de matériaux ignifuges, de consolider les échanges avec les professeurs de l’UQTR, de permettre aux étudiants de découvrir le domaine des pâtes et papiers comme un milieu dynamique où l’innovation est essentielle au développement de l’industrie et finalement de prouver un nouveau concept de fabrication de papier à partir de fibres préalablement modifiées.

En ce qui concerne le second projet, le professeur Jean-François Corriveau du département des Technologies du génie métallurgique et le chercheur Alexandre Bois-Brochu du CMQ ont obtenu une subvention de 49 600 $ pour le projet PART intitulé « Développement et optimisation de la procédure de forgeage à chaud des aciers inoxydables Duplex ».

 


Échantillon de papier phosphorylé suite au test de flamme chez Innofibre – Centre d’innovation des produits cellulosiques.